Eric et Laure BUSSER

Eric & Laure BUSSER
37, rue Monge
75005 Paris
tél : 01 56 81 63 22 - 06 08 76 96 80
librairiebusser@orange.fr

Salons - Événements - Expositions

mardi 31 mars 2020

Michel Antoine CARRÉ - Lettre autographe signée.










Michel-Antoine CARRÉ
(1865-1945)
Auteur dramatique

Lettre autographe signée, 7 juillet 1919, à Maurice Bernhardt ; 3 pages et demi (181 x 137), pliure au centre du document.


Le dramaturge Michel Antoine Carré s’adresse ici à Maurice Bernhardt (1864-1928) directeur du théâtre Sarah Bernhardt à propos de sa pièce intitulée « Le Prince et le Pauvre » :

Sur la foi de votre parole, m’autorisant à trouver une combinaison entre plusieurs directeurs de mes amis, pour monter au théâtre Sarah Bernhardt « Le Prince et le Pauvre » j’ai fait lire la pièce à Trébor. Il l’a trouvée originale, amusante, curieuse, pittoresque et il m’a dit : « Je marche… »

Il accuse Victor Ulmann (1859-...) de saper la mise en place de sa pièce Le Prince et le Pauvre, notamment auprès de son ami Robert Fleurieau, dit Robert Trébor, dramaturge et directeur de théâtre :

Il est allé trouver Ulmann pour lui en parler et, contrairement à nos conventions, Ulmann lui a fortement déconseillé de faire l’affaire, déclarant que c’était risquer beaucoup pour une pièce à laquelle il ne croyait pas et que le théâtre n’avait pas du tout l’intention de monter. Je suis très surpris de cette attitude, qui manque de franchise et les choses ne se fussent certainement pas passées de cette façon, si vous aviez été là.

Se sentant trahi, Michel Carré demande le soutient de Maurice Bernhardt 

Je vous prie de me dire ce que vous en pensez, si vous partager l’avis d’Ulmann et si c’est avec lui, ou avec vous, que mes amis doivent s’entendre.

Dans un ouvrage intitulé Qui Etes-Vous ? publié en 1924 on découvre dans l’article consacré à Michel Antoine Carré que la pièce Le Prince et le Pauvre, 5 actes était en préparation.  

 80 €


lundi 30 mars 2020

Marie François SADI CARNOT - Lettre autographe signée.




Marie François SADI CARNOT
(1837-1894)
Homme politique français

L.A.S., 16 septembre 1885 ; 2 pages in-8 (125 x 205), sur papier à l’entête du Ministère des finances – Cabinet du Ministre.

Brève missive dans laquelle Marie François Sadi Carnot, qui vient de prendre ses fonctions de Ministre des Finances dans le gouvernement de Charles de Freycinet, adresse une requête au Préfet, en faveur de l’ « un de [ses] compatriotes ».
Sadi Carnot fut ensuite président la République Française du 3 décembre 1887 au 25 juin 1894, date de son assassinat par l’anarchiste italien Sante Geronimo Caserio.

Perforation et vestige d’un papier collé, probable trace de cachet supprimé, entrainant une petite perte de texte. Petite perforation sans atteinte au texte dans la partie inférieure.                                                                                              

50 €



vendredi 27 mars 2020

[Préfecture de Police] – [PIIS, Pierre-Antoine-Augustin de].






[Préfecture de Police] – 
[PIIS, Pierre-Antoine-Augustin de].

Passeport signé, 355 x 235, Paris, le cinq Germinal an douze (26 mars 1804).

Rare document en partie manuscrit, émanant de la Préfecture de Police, et plus précisément du Bureau des passeports. 
Il donne l’autorisation « au citoyen Rémy Duval, conducteur de diligence natif de Guisy, département de Laisne… », âgé de 37 ans, mesurant 1,73 mètres, « cheveux et sourcils bruns, front haut, yeux gris bleu, nez moyen, bouche moyenne, menton mou, visage plein… » de circuler librement de Paris à Dole.
Le document est rempli à la plume et porte la signature autographe de Pierre-Antoine-Augustin de Piis (1755-1832), haut-fonctionnaire de police, hommes de lettres et dramaturge français. En 1804 il est Secrétaire général de la Préfecture de Police.
Une note manuscrite au verso où l’on a pu déchiffrer : « Madame Ricard chez Monsieur Devetret vigneron… de la part de son Mary… ».
Nombreuses pliures, restaurations à ces pliures. Aucun manque.                                          

80 €


mercredi 25 mars 2020

Jean-Baptiste VERCHÈRE DE REFFYE. L.A.S.


(1821-1880)
Général d’artillerie français.



L.A.S., 1 pages in-4, (270 x 210), adressées à Charles-François Verd de Saint-Julien, le 2 Août 1869.

  
Jean-Baptiste Verchère de Reffye (1821-1880) s’adresse à Charles-François Verd de Saint-Julien (1795-1878) alors maire de Meudon. Il l’informe de la visite imminente de l’Empereur Napoléon III : 

« L’Empereur doit venir dans le courant de la semaine prochaine probablement visiter l’Atelier du haras et veut bien à cette occasion recevoir votre requête. Je vous ferais prévenir du jour dès que je le connaîtrai. »

Officier d’ordonnance de Napoléon III, Verchère de Reffye, était également directeur de l’atelier d’étude d’artillerie de l’Empereur à Meudon. On lui doit notamment l’invention de la fameuse « mitrailleuse Reffye » sur les instructions précises de Napoléon III « construire une bouche à feu pouvant lancer la mitraille à grande distance ». C’est probablement cette dernière invention que l’empereur venait découvrir au Haras de Meudon.
Infime déchirure à la pliure sans manque.

50 €




lundi 23 mars 2020

POMMIER, Amédée. Océanides et Fantaisies.






POMMIER, Amédée. — Océanides et Fantaisie.
Paris : Dolin (impr. Raynal à Rambouillet), 1839.

In-8, 220 x 140 : (2 ff.), 268 pp., couverture verte imprimée. —Broché, non rogné.


Édition originale.

Amédée Pommier (1803-1877) avait su toucher l’admiration de Gustave Flaubertqui lui écrirait quelques années plus tard, en 1860 lors de la parution des Colifichets: « Partout j’ai retrouvé l’exquis écrivain des Crâneries, des Océanides et de l’Enfer. Je vous connais et depuis longtemps je vous étudie. Il n’est guère possible d’aimer le style sans faire de vos œuvres le plus grand cas. Quelles rimes ! Quelle variété de tournures ! Quelles surprises d’images ! C’est à la fois clair et dense comme du diamant. Vous me semblez un classique dans la meilleure acception du mot. »

On trouve par ailleurs une petite note manuscrite à la plume à la fin du volume reprenant une citation peu flatteuse de Cuvillier-Fleury dans le Journal des Débats du 1erfévrier 1840 « Moi, que M. Amédée Pommier veut bien accepter pour juge, je dis qu’il a de l’énergie, de la verve, une certaine puissance d’imagination, une grande abondance de mots poétiques à son service ; mais pour dire qu’il est poète, j’attendrai. »

Rousseurs éparses. Perforation en marge de la page 40 sans atteinte au texte. Couverture salie avec petit manque de papier en tête.

Bibliographie : Vicaire VI, 759.

200

vendredi 20 mars 2020

MAUROIS, André - VERCORS (Jean Bruller, dit). Chateaubriand.




Chateaubriand. — Paris : Bernard Grasset (impr. Floch à Mayenne), (1938).
In-12, 185 x 126, 494 pp., (1 f.), couverture imprimée en rouge et noir. – Demi-maroquin caramel à coins, dos à nerfs, tête dorée, couverture et dos conservés (Semet et Plumelle).
Édition originale de cette biographie qui fut l’une des plus importantes de la carrière d’André Maurois, cinquième volume de la collection Le Trentenaireéditée par Bernard Grasset.
Les dix chapitres qui la composent couvrent les moments clés de la vie de Chateaubriand : 
1 — Enfance et adolescence.
2 — Le Voyageur et le soldat.
3 — L’exil.
4 — Le Génie du christianisme.
5 — Itinéraire de Paris à l’Andalousie.
6 — La Vallée-aux-loups.
7 — Le Partisan.
8 — Ascension, vertige et chute.
9 — Le monarchiste contre la Monarchie.
10 — Tel qu’en lui-même enfin…
On trouve in fine, à la suite de la longue liste des documents consultés par l’auteur un précieux index des noms cités. De cette vie de Chateaubriand fut tiré un cours, dispensé à la Société des Conférences.

Un des 47 exemplaires sur Hollande (n°V) en très bel état, celui-ci dans une reliure de Semet et Plumelle parfaitement établie.

                                                                                                                                                                                                                                               

100 €



jeudi 19 mars 2020

[SURRÉALISME]








[SURRÉALISME].
Ensemble de 24 plaquettes publiées aux Éditions maintenant.

 Paris : Éditions Maintenant,1972-1976.

24 plaquettes in-18, 150 x 105, brochées, imprimées sur papiers de diverses couleurs.

L’ensemble se compose des 24 titres de la collection S, chacun portant sur le premier plat une composition de Toyen :

1- IVSIC Radovan, Mavena. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), juin 1972. L’édition originale illustrée par Joan Miro, parut aux Éditions Surréalistes en 1960.
2- LE BRUN Annie, Les Pâles et les fiévreux après-midi des villes. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), juin 1972. Édition originale. Petite déchirure sans manque.
3- PEUCHMAURD Pierre, L’Embellie Roturière. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), juin 1972.
4- GOLDFAYN Georges, Rien ne va plus. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), juin 1972.
5- GOURTAY Michel, Je me sens bien en Malaisie. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), mars 1973.
6- LEGRAND Gérard, Siècles ciselés. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), mars 1973.
7- PEUCHMAURD Pierre, L’Entretiens des haies. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), mars 1973.
8- Le 17 mars, texte collectif suivi de Il faut tenir compte de la distance (feuilleton théorique). Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), mars 1973.
9- TOYEN, Vis-a-vis. 12 collages 1973. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), juin 1973.
10- GRONIER Georges. Le Moindre des mêmes. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), juin 1973.
11- MAGLOIRE-SAINT-AUDE Clément, Dimanche. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), juin 1973.
12- Il faut tenir compte de la distance (Chapitres II et III) feuilleton théorique. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), juin 1973.
13- Il faut tenir compte de la distance (Chapitres IV et V) feuilleton théorique. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), mars 1974.
14- GOLDFAYN Georges, Mise en jeu. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), mars 1974.
15- IVSIC Radovan, Ou autour ou dedans. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), mars 1974.
16- Il faut tenir compte de la distance (Chapitres V – suite – et VI) feuilleton théorique. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), mars 1974.
17- DAX Adrien M., Lecture en blanc. Édition originale. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), décembre 1974.
18- SANCTIS Fabio de, Déménagement. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), décembre 1974.
19- Il faut tenir compte de la distance (Chapitres VII – suite – et VIII) feuilleton théorique. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), décembre 1974.
20- LE BRUN Annie, Les écureuils de l’orage. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), décembre 1974.
21- LEGRAND Gérard, Chacun pour soi, et le diable pour quelques-uns. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), décembre 1974.
22- Il faut tenir compte de la distance (Chapitre VIII — suite) feuilleton théorique. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), décembre 1974.
23- Objets d’identité. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), décembre 1976.
24- Il faut tenir compte de la distance (Chapitres IX et dernier) feuilleton théorique. Paris : Éditions Maintenant (imp. Georges Girard), décembre 1976.

Les Éditions Maintenant furent créées après la dissolution du mouvement surréaliste en 1969, par le poète surréaliste d’origine croate Radovan IVSIC (1921-2009) et quelques amis tels que le peintre tchèque Toyen et Annie Le Brun (qui sera son épouse jusqu’à la fin).

Quelques exemplaires sont légèrement insolés au dos et plus rarement au second plat. Couverture de la plaquette Les Pâles et fiévreux après-midi des villes, froissé et présentant une petite déchirure en marge (sans manque).

350 €